Accueil du site > UNE AUTRE PAROLE > Communiqués > Puy-Saint-vincent : dérive grave pour (...)

Puy-Saint-vincent : dérive grave pour l’école de la République

par René Balme | Catégorie : Communiqués | consulté 180 fois | 0 commentaire(s)


René Balme, maire de Grigny (Rhône) communique :

Dérive grave pour l’école de la République

Cette rentrée scolaire 2011 inaugure la décision du maire du Puy Saint Vincent qui vient de régler son problème de fermeture d’une classe de dix élèves, en créant une école privée hors contrat d’association avec l’État. Elle sera installée au sein même de l’établissement communal qui accueille dix-sept autres élèves de primaire. Le mélange des genres dans un domaine aussi crucial que l’instruction est un véritable danger pour l’égalité territoriale, pour les principes d’usage des fonds publics et pour l’égalité de transmission des savoirs.

Le désengagement de l’État dans le domaine de l’instruction publique, cette rentrée 2011, se concrétise par 16 000 postes supprimés dans l’Éducation nationale, soit la disparition de 1 500 classes. C’est un vrai scandale et le gouvernement porte ainsi toute la responsabilité des écueils de l’école d’aujourd’hui. L’État désertifie des territoires, pousse des populations et des élus à des retranchements aussi graves et dangereux que ceux qui ont amené le maire du Puy Saint Vincent à « s’acheter une école ». Mais il est tout aussi inacceptable d’accréditer l’idée que les Communes devraient assumer cette responsabilité en lieu et place de l’État. Loin d’être anodin, le choix du maire du Puy Saint Vincent ne peut pas se lire uniquement à travers la nécessité de sauver un village ou assurer les meilleures conditions d’accueil des élèves, ce choix ne peut pas être considéré comme un accident de parcours auquel il sera remédié dès que possible. Ce choix est lourd de sens sur la situation sans précédent que le gouvernement crée, de toute pièce, pour tuer tout le service public et amener les élus de la République à se trahir. La fin ne justifie en aucun cas les moyens.

Le battage médiatique fait autour de cette "première" qui consiste a faire payer aux contribuables locaux ce qui est de la compétence exclusive de l’État en dit long sur l’opportunité que représente une telle dérive pour l’UMP et le pouvoir sorkozyste. Ils trouvent en la personne du maire du Puy Saint Vincent un allié de choix pour accélérer la casse du service public.
Cette capitulation face aux puissances de l’argent est grave et lourde de conséquences.

Cette actualité me confirme la nécessité de se retrouver nombreux au colloque sur la Désobéissance que la Ville de Grigny organise avec le Sarkophage, samedi 08 octobre 2011, de 9h à 17h, au Centre Edouard Brenot.

René BALME,
maire de Grigny (Rhône)
le 05 septembre 2011

Contact : Mairie de Grigny – Cabinet du maire – tél. 04 72 49 52 34 et courriel : cabinetdumaire@mairie-grigny69.fr

  Convertir au format PDF.



Dans la même rubrique

Tous les articles publiés dans cette rubrique

1 / 14 next