Accueil > UNE AUTRE PAROLE > Discours > Salah Hamouri, citoyen d’honneur de la (...)

>>Vidéo - Discours de René Balme

Salah Hamouri, citoyen d’honneur de la ville de Grigny

par René Balme | Catégorie : Discours | consulté 3169 fois | 3 commentaire(s)

En présence de Denise Hamouri, maman de Salah, Mme Noha RASHMAWI représentante de la délégation de la Palestine en France, M. Daniel VOGUET, représentant du Comité national de soutien à Salah HAMOURI, les représentants du PCF, du PG, du PS, les mouvements et associations de soutien à la Palestine, tels le Collectif 69 Palestine et son représentant aujourd’hui, M. Jérôme FAYNEL ; le Comité départemental de soutien à Salah HAMOURI et son représentant aujourd’hui, M. Dominique NOLY, CAPJPO Europalestine et sa représentante Olivia ZEMOR, L’UJFP et son représentant Georges Gumpel, Kamel Kabtane, recteur de la mosquée de Lyon, le collectif des 108 et sa représentante Sabiha Hamin, Eric Biesse, journaliste, le conseil municipal de Grigny..
Monsieur Stéphane Hessel s’est excusé et a adressé par téléphone un message de soutien à René Balme et à son conseil municipal.


Salah Hamouri, jeune franco-palestinien, a été condamné, sans preuve ni témoin à purger une peine de 7 ans de prison en Israël pour « délit d’intention » d’attentat. Face au silence assourdissant des politiques et des médias français, estimant de notre devoir, en qualité de défenseurs des Droits de l’Homme partout dans le monde, de contribuer à la mobilisation pour obtenir la libération et le retour en Palestine de notre compatriote, la municipalité décide de déclarer Salah Citoyen d’honneur de Grigny.

Le conseil municipal de Grigny, à l’unanimité, et c’est important de le souligner, a pris cette décision, sur proposition de la majorité municipale. C’est un acte politique fort qui fait suite à des prises de positions sans équivoque de ma part et de celle de la municipalité en ce qui concerne la colonisation du peuple palestinien et, dernièrement, le crime de guerre doublé d’un crime contre l’humanité que constitue l’offensive israélienne contre Gaza en ce début d’année.

C’est un devoir pour Grigny, ville d’histoire et de résistances, qui a payé un lourd tribu à l’occupation nazie, que d’être aux côtés de celles et ceux qui résistent, aujourd’hui, face à l’occupant, quel qu’il soit de part le monde.
Salah est une victime directe de cette occupation, comme le sont les 41 députés du Conseil Législatif palestinien et les 2 Ministres du 10ème gouvernement palestinien arrêtés et emprisonnés. Comme le sont aussi, les milliers de résistants palestiniens emprisonnés pour avoir osé défendre leur pays face à un occupant dont les moyens militaires sont surdimensionnés et les méthodes violent sans cesse les résolutions des Nations Unies et le droit international.

Salah a été arrêté le 13 mars 2005 alors qu’il se rendait à Ramallah. Il a été emmené à la prison de Moskobiah à Jérusalem. Il y est resté 3 mois, en isolement et en interrogatoire. Un mois après son arrestation, sa famille a appris par la presse qu’il était accusé d’avoir comploté avec 2 autres jeunes contre le rabbin Ovadia Yossef, chef spirituel du parti religieux d’extrême droite Shas, au motif qu’ils étaient passés en voiture devant le domicile de celui-ci. A cela s’ajoute la présomption de l’appartenance de Salah à un mouvement de jeunesse réputée proche du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP), dont Salah n’a jamais été membre. Un « délit d’intention » a été ainsi constitué par le tribunal militaire. Salah a ensuite été transféré à la prison de Beersheba où il est resté un an et demi. Il a ensuite été transféré au centre de Hadarim, puis à Rimonim. Le 17 avril 2008, après trois ans d’emprisonnement au cours desquels une vingtaine d’audiences ont fait l’objet de reports successifs faute de témoins et/ou d’éléments de preuve permettant d’établir sa culpabilité, Salah a été condamné par le tribunal militaire israélien d’Ofer (situé dans les Territoires palestiniens illégalement occupés) à 7 ans de prison pour « complot et appartenance aux jeunesses du FPLP », et ce à la suite d’une procédure de compromis. Salah a été contraint d’accepter ce compromis, sur les conseils de son avocate Israélienne, Me Léa Tsemel : les termes du compromis étant, en effet, « soit vous acceptez 7 ans, soit ce sera pire ». Depuis, Salah a fait l’objet d’un nouveau transfert, et se trouve à la prison de Gilboa au Nord d’Israël. Selon les termes du jugement il sera libérable le 21 novembre 2011.

Malgré un fort mouvement d’opinion, malgré toutes les démarches effectuées auprès des autorités concernées, Salah est toujours en prison et le silence demeure autour de sa situation. Silence rompu par son Comité de soutien, qui, à part quelques rares journaux a peine à se faire entendre. A ce titre, je salue tout particulièrement mon ami, le Député honoraire Jean Claude Lefort qui est à l’initiative de la formalisation du soutien à Salah. Son aide est très précieuse car il a une excellente connaissance du peuple palestinien, du pays et des rouages politiques, citoyens et militants, toutes compétences utiles pour entamer une telle bataille. Et il a également de grandes qualités de coeur qui permettent à toute action politique de garder la dimension humaine, l’écoute active et la réflexion de bon sens tellement nécessaires au juste combat.

C’est donc pour rompre ce silence, interpeller la classe politique dans son ensemble et faire pression sur le chef de l’Etat afin qu’il intervienne comme il s’y était engagé lors de sa campagne électorale pour les élections présidentielles et qu’il reçoive enfin Denise Hamouri, que la ville de Grigny a souhaité organiser la manifestation d’aujourd’hui.

Monsieur Sarkozy a reçu toute les familles de détenus emprisonnés à l’étranger, et parfois plusieurs fois comme c’est le cas pour le père de Gilad Shalit. Il n’a jamais reçu Denise Hamouri la maman de Salah ! Cette différence de traitement scandaleuse nous interpelle et doit interpeller tous les démocrates. Si elle se poursuivait cela voudrait dire qu’aux yeux du Président de la République il y a des citoyens de première zone et d’autres de seconde zone.
Implicitement et de part son comportement, le chef de l’Etat affirmerait alors que les Français ne sont plus désormais égaux en droits.

J’ai écrit, personnellement au Président de la République pour qu’il reçoive Denise Hamouri. Je n’ai pas eu de réponse à ce jour et je le regrette.

Votre présence en nombre, ce matin, rend plus que jamais visible le fort mouvement qui s’est opéré autour du comité de soutien à Salah. Il l’était déjà, si j’en crois les centaines de messages de soutien que j’ai reçu au cours des dernières semaines.

J’invite les élus locaux, notamment, à relayer l’initiative de la ville de Grigny, en faisant à leur tour, Salah citoyen d’honneur de leur ville et je forme le vœu que ce mouvement fasse tâche d’huile, afin que le plus grand nombre sache, dans quelles conditions notre compatriote a été arrêté et jugé.

Il faut que la vérité se sache, qu’elle éclate pour que l’on ne puisse plus manipuler l’opinion en inversant des situations ou des rôles entre Gilad Shalit et Salah Hamouri.

Le premier est franco-israélien, certes, mais il est soldat de l’armée d’occupation, il en porte l’uniforme. Cette même armée qui a commis des crimes horribles dans la bande de Gaza, et c’est en sa « qualité » et en tenue de soldat qu’il a été capturé. Cela ne nous amène pas pour autant à souhaiter que sa situation actuelle dure. Mais il faut remettre les choses à leur place.

Car le deuxième, Salah, est franco-palestinien, il aime son pays, il n’a pas commis d’acte de violence même si, comme tous les patriotes, il ne peut accepter son occupation par l’armée israélienne. Et comme la force occupante Israélienne n’a rien pu trouver à lui reprocher, après l’avoir capturé, elle a créé le « délit d’intention » et c’est à ce titre qu’il a été jugé par un tribunal militaire d’occupation et condamné.

Deux situations fondamentalement différentes et que l’on ne peut confondre et encore moins inverser. En effet, demander la libération du soldat Gilad Shalit, comme le fait le gouvernement de la France, le faire Citoyen d’honneur de la Ville de Paris et dans le même temps refuser à demander la libération Salah Hamouri, et s’outrager, comme l’ont fait certains, qu’il soit fait Citoyen d’honneur de Grigny est une situation, pour le moins scandaleuse et qui n’honore pas ceux qui tentent de faire l’amalgame.

Il y aurait tant à dire sur la situation en Palestine occupée que j’aurai pu développer bien sûr, mais j’ai préféré, aujourd’hui, concentrer mon propos sur Salah et sur sa libération, nécessaire, voire obligatoire.

C’est ce qui nous importe aujourd’hui. En mobilisant autour de nous, en menant des actions sur les marchés, partout où l’on peut se faire entendre, avec le comité de soutien national, avec les différents comités qui se créent un peu partout en France, avec les associations, avec les élus qui doivent se faire le relais de notre combat. Investissons Internet, ne laissons aucune place au mensonge ou à l’amalgame. Ne nous laissons pas impressionner par ceux qui, par provocation ou par ignorance nous traitent d’antisémites dès que l’on amorce un début de critique de l’État d’Israël.

Cet État qui sombre à grande vitesse dans le racisme et l’apartheid, avec à son plus haut niveau des dirigeants qui se réclament ouvertement de l’extrême droite n’a pas de leçon à donner, ni à la France, ni au monde, et encore moins aux citoyens français que nous sommes, qui défendons la liberté, l’égalité et la fraternité. Trois mots issus de la Révolution Française et portés haut par toutes celles et ceux qui comme nous ont décidé de placer l’être humain au centre de toutes les préoccupations, de tous les combats...

C’est pourquoi, nous affirmons l’exigence d’une solution politique négociée en deux États vivant côte à côte, en sécurité. Chacun en connaît les conditions : un État palestinien souverain, dans les frontières d’avant juin 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale, avec le respect des principes du droit au retour pour les réfugiés, la libération des prisonniers politiques et de Salah en particulier.

Mesdames, Messieurs, Madame Denise Hamouri, en ma qualité de Maire de Grigny, au nom du Conseil Municipal, au nom de tous les Grignerots épris de justice et de paix, j’ai l’honneur de faire Salah Hamouri Citoyen d’honneur de la ville de Grigny.

Cet acte symbolique fort, s’accompagne d’un engagement de la municipalité a œuvrer, aux côtés du comité de soutien, en permanence pour que Salah soit libéré dans les meilleurs délais.

Et permettez moi, pour conclure de saluer votre courage, madame, votre opiniâtreté et votre dévouement à la cause de Salah, votre fils qui est désormais, un peu le nôtre.

René Balme
Maire de Grigny
Le 16 mai 2009


- Un film d’Eric Biesse

  Convertir au format PDF.


P.-S.

Message du Parti communiste libanais.


La municipalité et Denise Hamouri

Denise Hamouri

Une partie de l’assistance

Daniel Vauguet et Denise Hamouri

Denise Hamouri et René Balme

Noha RASHMAWI

Allocution de Denise Hamouri

Réponse de M. Le Président de la République à René Balme

3 Messages

  1. tairi dit :

    bravo à la ville de Grigny
    à ses représentants
    soutien solidaire !!!
    il n’est pas toujours aisé de se positionner même et y compris dans la voie de l’évidence et de la raison

    soutien absolu à Salah et à tous ceux qui comme lui supportent le même combat..

    http://salah-hamouri-collectif-21.over-blog.com/

  2. Un citoyen ordinaire répond :

    Je suis absolument horrifié par la politique des gouvernements israéliens successifs. Refus de respecter le Droit international, refus d’appliquer la centaine de résolutions de l’ONU, refus de respecter les Droits de l’Homme et les Conventions de Genève, ISRAEL devrait être mis au ban des nations comme l’Afrique du Sud au temps de l’apartheid !
    Félicitations Mr BALME pour votre courage politique. Nous manquons cruellement d’élus de votre trempe. J’espère que vous serez un exemple pour tous ceux qui par leur silence et leur lâcheté, se rendent complices de l’ignominie.

    Salah Amouri doit être libéré car comme les 11000 palestiniens, victimes de la politique criminelle de l’Etat le plus raciste du monde, il est temps que la République française fasse entendre sa voix !

    Pour ma part, je boycotterai désormais tout ce qui a un rapport avec ISRAEL !

  3. Sebastien répond :

    Votre site est tout simplement génial ! Je le parcours depuis des heures !

    credit de consomation

    Sur toute la France : Libérez votre pouvoir d’achat et corrigez votre endettement avec le rachat credit. Rachat de Credit, toute l’information dont simulation de credit vous aurez besoin pour negocier le rachat de vos dettes, trouver un prêt, un specialiste en credit


Dans la même rubrique

Tous les articles publiés dans cette rubrique

1 / 4 next