Un jour vous comprendrez la racine des fleurs

Un jour

Un jour vous comprendrez la racine des fleur
Un jour… Mais il sera trop tard… ou trop tôt.
Qu’importe les heures, les espoirs ou les regrets.

Nous avons trop étalonné le temps
Pour nous donner raison
Vanité ou désespoir…

Le temps qui passe

Mais rien ne bouge, les antiennes demeurent
Dans le ressac éperdu d’un océan étrange

Le soir en m’endormant je m’apprends à mourir
Et j’avance inexorablement vers la fin
En cueillant des fleurs à la va-vite
Pour marquer un passage dérisoire
A l’échelle du temps

La racine des fleurs où les chairs se déchirent

Je m’étais ouvert aux affaire publiques
Pour marquer l’horizon de pierres et de routes
Dans la durée. Trente ans, que cela passe vite !
Et que reste-t-il de nos étreintes avec les autres
De nos rêves devenus réalités…

Les marées, toujours les marées pour effacer l’histoire

J’aimerai encore avoir le mal des autres
Et croire que demain sera ce jour de gloire
Que l’on avait construit de nos mains ensablées
Ce jour drapé de rouge et fondu de soleil

Je suis sec et le tic-tac des horloges qui s’est tu
Définitivement
Hante mon passage désorienté

La mer, les nuages, l’océan, la pierre, la marée, les arbres
Le sang

Ne me parlez plus de la Terre des hommes
Je suis ailleurs
Porteur de mille fruits, des graines plein les poches
Et j’avance face au vent de ces histoires multiples
Qui forgent le néant et le chaos

Grigny le 26 mai 2018

22h30

Leave a Comment