14 juillet : rendez-vous au stade nautique Lucien Bonnard

René BALME, maire de Grigny (Rhône) communique :

Rendez-vous au stade nautique Lucien Bonnard

Le journal Le Progrès titre ce jour sur un boycott que la commune de Grigny fait subir à la Fête nationale et appuie son raisonnement en faisant une relation avec la non célébration, par la Ville, de « la journée de la femme ».

Je suis, dans un premier temps, parfaitement interloqué par la capacité de ce journal à faire de l’information avec du vide, en rédigeant un article sur l’absence-même d’un événement municipal. Je trouve ahurissante la rédaction de l’article qui transforme une stratégie pratico-pratique et, de plus, participative en opposition politique aux valeurs de la République. Enfin, le rapprochement de deux positionnements dont les fondements sont différents m’inspire les plus grandes questions sur les motivations du journal et du journaliste.

Rédiger un article sur l’engagement associatif grignerot pour la Fête nationale serait plus intéressant et bénéfique pour celles et ceux qui souhaitent se divertir durant cette journée de célébration. Et pour celles et ceux qui veulent connaître les lieux et les moments où seront tirés des feux d’artifice, il aurait été bien vu de publier les rendez-vous proches, voire rechercher certains points stratégiques de notre géographie d’où il est possible d’assister à plusieurs tirs en même temps.

Enfin, je souhaite rapidement rétablir la vérité, à partir de ce mauvais procès. Les nuisances plus ou moins dangereuses que les festivités de la Fête nationale provoquent et, surtout, les intempéries plusieurs années successives, ont conduit les instances participatives de la commune à préférer profiter des nombreuses festivités des communes voisines. Et les moyens initialement attribués à la célébration de la Fête nationale sont parfois transférés à la célébration de la Libération de Grigny, début septembre. Ces moyens sont, d’autres fois, transférés sur la clôture d’un autre événement municipal. Ce qui permet aux Grignerots et aux populations alentours de bénéficier d’un moment festif supplémentaire dans l’année.

A vouloir rechercher la faute dans la gestion de la Ville de Grigny, Le Progrès limite ses lecteurs aux coléreux et en oublie de mettre véritablement à l’honneur les autres acteurs de la ville, de la vie sociale. Titrer sur les festivités organisées par les associations grignerotes, au stade nautique Lucien Bonnard, aurait intéressé les adeptes de la fête.

René BALME,

maire de Grigny (Rhône)

le 10 juillet 2013

Comments are closed.