Quand un Préfet vole au secours du libéralisme et de l’OMC.

Le Préfet de la région Poitou-Charente à une « curieuse » conception du statut de l’élu local et des prérogatives qui lui sont dévolues de par la loi et le suffrage universel (qu’il ne connaît pas nommé qu’il est).

Dans un « mémoire introductif d’instance » destiné au Tribunal Administratif de Poitiers il laisse libre cours à ses rêves d’un monde sans aucun doute idéal, pour lui, où les élus seraient strictement et simplement aux ordres et ne viendraient pas troubler la bonne marche de l’OMC, de l’AGCS ; un monde – son monde – où les gueux que sont les élus ne contesteraient pas la mise en place de féodalités économico-financières, telles qu’elles s’organisent au sein de l’OMC sous la houlette du Sieur Pascal Lamy ; un monde avec un 49.3 majuscule brandit en permanence sur la tête des assemblées élues.

La ville de Poitiers a voté une délibération autorisant le maire à adhérer au « Réseau National des Elus et Collectivités Hors AGCS ». Rien de bien nouveau que de voir une collectivité adhérer à une association qui regroupe exclusivement des élus et des collectivités, une association qui s’est fixé comme objectif de lutter et de refuser la mise en œuvre de l’AGCS. Monsieur le Préfet, lui, ne voit pas les choses sous cet angle et vient, rien de moins, de déférer la ville de Poitiers devant le Tribunal administratif au motif que pour lui : « regrouper les élus et les collectivités territoriales pour manifester clairement et durablement leurs engagements d’élus à refuser de se démettre de leurs prérogatives et responsabilités électives au profit d’une instance non élue, l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC); défendre leurs prérogatives d’élus pour appliquer les programmes qu’ils ont présenté aux populations qui leur ont accordé une confiance qui ne doit pas être trahie; résister, par tous les moyens légaux à leur disposition, à l’attaque frontale de l’A.G.C.S . » [[Article 2 des statuts du Réseau national des Elus et Collectivités Hors AGCS.]] ­ne répond pas à un intérêt communal. Ne vous frottez pas les yeux, vous avez bien lu : défendre les prérogatives des élus contre une instance non élue est, pour ce monsieur, un crime !

Monsieur le Préfet de Poitou Charente, n’en est pas à son coup d’essai puisqu’en 2000 il avait réussi a faire annuler une délibération… de la ville de Poitiers ; puis en 2003, une autre de la ville de Châtellerault qui autorisaient leur maire à faire adhérer leur collectivité à l’association ATTAC.

Fort de ces succès le représentant de l’Etat a décidé de démontrer, cette fois, qu’une association d’élus n’a pas de légitimité dès lors qu’elle s’oppose à la mise en oeuvre de la politique libérale applicable à tous les échelons.

Outre le fait que la démocratie en prend un sale coup et que les électeurs ont de quoi se sentir floués, voire insultés, c’est la liberté d’association qui est, ni plus ni moins, remise en cause, C’est d’une gravité sans précédent.

Le «Réseau National des Elus et Collectivités Hors AGCS» n’entend pas laisser quelque fonctionnaire que ce soit mettre en cause ses responsabilités. Il n’acceptera pas, non plus, que l’expression populaire et le suffrage universel soient balayés d’un revers de main ganté préfectoral au prétexte que la défense du service public ne serait pas, dans notre pays, de la compétence des élus locaux en particulier. C’est pourquoi, le Réseau des Elus et Collectivités Hors AGCS a décidé d’organiser la riposte.

Juridique dans un premier temps, celle ci pourrait monter d’un cran si la juridiction administrative s’aventurait à valider ce déni de démocratie.

Car c’est bien de cela dont il s’agit : les élus du peuple sont aussi des racailles ! Au yeux du Préfet de Poitou Charente …

René BALME

Secrétaire Général

Maire de Grigny 69520

Comments are closed.